Le jalon retrouvé
Par Marie Eve Berlinger

Le jalon retrouvé

16 août 2011

La rĂ©alitĂ© numĂ©rique dans laquelle on vit me fait rĂ©flĂ©chir sur la notion du temps. Le temps qui passe ou/et celui qu’on ne voit pas passer. Mais ce temps peut ĂŞtre aussi un jalon bien prĂ©cis dans la vie de certaines personnes au moment oĂą ils expriment une idĂ©e ou une dĂ©couverte sur les rĂ©seaux sociaux.  Puisqu’ils sont publics par dĂ©finition, les rĂ©seaux sociaux enorgueillissent  notre rapport au temps. Je pense Ă  la phrase qu’on peut se dire tout bas : «je l’ai trouvĂ© avant toi, nah!»

On dirait qu’on oublie la vraie notion de dĂ©couverte. La dĂ©couverte au sens pur de l’émerveillement. Celui aussi  qui implique ce sentiment de vouloir la partager Ă  tout prix. On dirait que c’est comme si tout ce qui est nouveau est plus crĂ©dible que ce qui a Ă©tĂ© fait par le passĂ©. Mais quelle est l’échĂ©ance acceptable?

Exemple #1

Imaginez un instant que j’ai 19 ans (j’enlève à peine 3 ans à la réalité) et que j’exprime sur mon compte twitter que je viens de découvrir Proust  plus précisément  «À la recherche du temps perdu» . Y a-t-il vraiment quelqu’un qui me dirait que je suis foutrement en retard? Proust a écrit cette œuvre en 1913. Si je fais le calcul à l’aide de ma super montre-calculatrice, ça fait 98 ans. J’ai toujours 19 ans et admettons que je me suis mise à lire «sérieusement« à 12 ans, je suis donc en retard de 7 ans? Ça fait du sens selon vous ? On est toujours dans l’extrapolation, on s’entend.

Exemple #2

Imaginez très fort que j’ai 33 ans et je viens de découvrir une application de la mort par exemple Instagr.am. Je le publie donc sur mon compte twitter. Pour moi, aujourd’hui 16 août 2011, c’est la découverte du siècle. Vous me jugez déjà hein?

Vous allez me dire qu’entre Proust et Instagram, ya quand même quelques années et que le système de répertoire n’est pas le même. Vrai et je le reconnais. Mon point est davantage lié au jugement envers la personne et le temps. Vous l’aurez compris dans mon exemple 1. On ne peut pas en vouloir à une fille de 19 ans qui découvre un classique. C’est normal, chaque chose en son temps.  À mon avis, cette règle ne s’applique pas pour le deuxième exemple. C’est ça qui me dérange.

En fait, la découverte devient pertinente lorsque ça nous sert ou sert l’intérêt de quelqu’un d’autre pour qui on travaille. Car après tout, c’est votre intérêt qui compte. (adbuster, engagez-moi right now) Et non, je ne vous laisse pas sur cette ligne…

Au final, il faut simplement accepter qu’on est dĂ©passĂ© pour certains et prĂ©curseur pour d’autres. Et que ceux qui jugent le bon-enfant qui partage une dĂ©couverte mĂŞme si elle est moins rĂ©cente, dites-vous qu’elle peut ĂŞtre utile pour d’autres. C’est la mĂŞme règle qu’en classe lorsque dit le professeur : il n’y a pas de question idiote. On lève yeux au ciel jusqu’Ă  temps qu’on en pose une. Et non, je ne mettrai pas le clip Time de Pink Floyd. C’est ben trop vieux.

Source de l’image en en-tĂŞte

Classé dans:Réfléxion Tagged: Adbuster, À la recherche du temps perdu, Instagr.am, Pink Floyd, Proust, Réflexion, Réseaux sociaux

Laisser une réponse


Imprimer
Espace Infusion, de l'idee au projet

NOTRE mission:

- Espace Infusion est le service-conseil de L'inis spécialisé dans le Transmédia.
- Promoteur de talent et incubateur d'idées.
- Facilitateur entre les producteurs de contenus traditionnels et le milieu des médias interactifs.

CONTACT

301, boul. de Maisonneuve Est, bureau 356
Montréal (Québec) H2X 1K1
T 514 285 1840
F 514 285 1953
info@espaceinfusion.org

SUIVEZ-NOUS



espace infusion

 


  • Liens

  • trait